Faites votre simulation en 60 secondes

Comment éviter les pièges des banques ?

Comment éviter les pièges des banques ?
Partager sur :
Publiée : 20 Décembre 2017
Mots Clés :

banque, conseil, crédit immobilier

Avec la difficulté d’entreprendre un projet immobilier, particuliers et entrepreneurs trouvent la banque comme étant la solution la plus évidente à leur problème. Il est cependant clair qu’à chaque emprunt, la banque en tire profit. Il s’agirait alors d’une offre donnant-donnant. Mais l’est-il vraiment dans la réalité ? La banque ne semble-t-elle pas tendre un piège au contractant pour pouvoir en tirer un peu plus ? Pour vous avertir des différents pièges que les banques pourraient vous tendre et les éviter, nous avons concocté pour vous cet article sur le crédit immobilier.

La domiciliation de son revenu : obligatoire, mais avantageux

La marge sur le crédit ayant été nettement faibli depuis l’année 2016, il est normal que le banquier trouve refuge dans les commissions. Il en est ainsi de la domiciliation des revenus qui va lui permettre à la banque de percevoir des frais importants le long du remboursement. Depuis toujours, ce genre d’engagement n’a été constaté qu’à l’oral. Avec l’avènement de la nouvelle loi applicable en 2018, il devra obligatoirement être constaté par écrit. Ainsi, la banque devra accorder à son client en contrepartie un avantage qui devra être inscrit sur le contrat. Il peut s’agir d’un rabais accordé sur le taux, de la réduction des frais, de la gratuité de ce dernier ou autre encore selon l’accord des deux parties. 

Dans le cas où le salaire est transféré vers une autre banque

Bien sûr, dans ce cas la banque où vous allez souscrire votre prêt sera en droit de retirer ou supprimer l’avantage. Mais en tenant compte du rabais sur le taux, il faut savoir que vous serez quand-même avantagé par rapport au coût. Il n’est pas aussi sûr que la banque supprime l’avantage au risque de perdre un ou plusieurs clients. 

Opter pour le cautionnement

Sachez que le cautionnement reste plus avantageux que l’hypothèque. En effet, adosser son prêt à une caution bancaire est plus raisonnable que risquer la cessation de son terrain. Une surcote est appliquée au taux dans le cas d’une hypothèque. Vous n’aurez également pas le choix, car l’établissement sera imposé suivant le cas. Contrairement à cela, opter pour une caution revient nettement moins cher, jusqu’à en gagner jusqu’à 1500 euros en moins.

Négocier les frais de son dossier

Puisque ses frais sont souvent ceux qui gonflent votre portefeuille, vous avez le droit de le négocier en contrepartie de votre domiciliation. Le banquier sera sûrement tenté si vous souscrivez pour une multirisque habitation.



Actualités récentes du même type

Les prêts immobiliers longues durée à nouveau possibles !

Les banques revoient leur façon de prêter

Crédit immobilier : prêt à taux zéro 2018

En 2018, le gouvernement diminue les conditions du prêt à taux zéro (PTZ) en apportant des modifications au périmètre géographique et en diminuant son financement. 

Emprunter sur 30 ou 35 ans pour un achat immobilier est de nouveau envisageable

Alors que le prix de l’immobilier ne cesse d’augmenter et que les aides de l’État diminuent, les acquéreurs les plus modestes rencontrent de grandes difficultés financières à investir. De façon à attirer plus particulièrement les primo-accédants, certaines banques viennent d’opter pour une nouvelle offre, allonger la durée de leurs prêts. Vous pouvez donc prétendre obtenir un taux avantageux et emprunter sur une période allant de 30 à 35 ans.