Faites votre simulation en 60 secondes

Vous venez d’avoir un refus d'une banque, nous vous donnons tous les conseils pour vous éviter une nouvelle mésaventure

Vous venez d’avoir un refus d'une banque, nous vous donnons tous les conseils pour vous éviter une nouvelle mésaventure
Partager sur :
Publiée : 25 Novembre 2017
Mots Clés :

projet immobilier, refus banque

Un projet immobilier vous tenant particulièrement à cœur ne peut se réaliser parce que votre banque a refusé de vous accorder un prêt ? Même si cela risque de vous décevoir, ce n’est pas une fatalité : il existe des solutions. 

Un premier refus ne devrait pas vous décourager
La plupart des gens ont comme premier réflexe de s’adresser à leur banque, lorsqu’un prêt immobilier est en jeu. Toutefois, l’ancienneté d'un client n’est aucunement un gage de succès pour une banque, dans ce type de démarche. Dès qu’une banque soupçonne la moindre faille concernant la fiabilité d’un projet, notamment la capacité de remboursement, celle-ci est en droit de rejeter une demande. 

Faire intervenir un courtier
N’hésitez pas à retrousser vos manches et présenter votre projet à d’autres établissements financiers. Une stratégie futée pour contourner un refus est de faire jouer la concurrence en ayant recours aux services d’un courtier en credit immobilier. Cet expert présentera votre dossier à son réseau bancaire. Même si la commission s’élève entre 800 et 1000 euros, cela en vaut le coup et vous fera économiser en ce qui consiste les frais de dossier. 

Contester le refus
Si vous considérez que les arguments renchéris par votre banque vous apparaissent non fondés, il est possible de demander un réexamen de votre requête de prêt immobilier. Votre lettre devra être transmise en mode recommandé (c’est-à-dire avec un accusé de réception). 

Se forger un profil d’emprunteur immaculé
Étant donné que le profil de l’emprunteur est soigneusement analysé par les banques, il suffit de consolider certains éléments de son profil, afin d’obtenir de meilleures chances de succès lors de sa prochaine demande de prêt immobilier. Portez attention à votre capacité d’endettement. Celle-ci ne doit pas être supérieure à 33 % des revenus mensuels. Par exemple, un revenu de 5 000 euros de devrait pas outrepasser 1 650 euros d’échéances de l’emprunt immobilier. 

Un apport personnel plus imposant
En faisant des efforts pour économiser ou pour rassembler des sommes d’argent provenant de proches parents (love money), vous contribuerez à rassurer les banquiers avec un apport personnel représentant au moins 20 % du montant à emprunter. Par exemple, pour un bien immobilier s’élevant à 300 000 euros, l’apport personnel espéré par les banquiers se situe à au moins 60 000 euros.



Actualités récentes du même type

Prêt immobilier : est-il avantageux d'acheter à deux ?

D'après les études, près de 70% des emprunteurs sont des couples. Toutefois, un achat à deux permet-il d'obtenir plus aisément un crédit immobilier ? Quelles sont les conditions des établissements bancaires ? De quelle façon le prêt est-il assuré ? Nos réponses à ces questions essentielles...

Crédit immobilier : De nouvelles propositions pour l'immobilier

Du 12 décembre 2017 au 8 février 2018 se tenait, au sein du Sénat, une conférence de consensus concernant le projet de loi évolution du logement et aménagement numérique (ELAN). Retour sur quelques mesures à retenir contenues par l'avant-projet de loi avant que l'officiel projet de loi ne soit présenté début mars, par le gouvernement.

Combien peut-on emprunter avec un achat immobilier ?