Nous vous expliquons tout sur la question que se pose chaque acquéreur : combien puis-je emprunter ?

Nous vous expliquons tout sur la question que se pose chaque acquéreur : combien puis-je emprunter ?

Le taux d'endettement est le principal critère


Les banques ne sont pas des organismes à but non lucratif, et espèrent bien être remboursées des prêts qu'elles accordent. Le principal indicateur utilisé pour se garantir contre les impayés est le taux d'endettement, c'est-à-dire le pourcentage des ressources du ménage consacrées aux remboursements : on considère généralement que les remboursements ne doivent pas dépasser 33 % des ressources. Les ressources prises en compte pour ce calcul sont les ressources récurrentes, c'est-à-dire les salaires, les pensions (de retraite, de réversion, d'invalidité) et les revenus d'investissements constants (par exemple des loyers perçus). En revanche des revenus tels que des primes, a priori non récurrentes, ne sont pas pris en compte : un salarié bénéficiant de primes non exceptionnelles (par exemple une prime de risque liée à la nature même de son métier) doit ainsi prévoir de justifier la récurrence de ses primes afin que son banquier en tienne compte !


Les banques peuvent cependant parfois consentir quelques exceptions : un salarié à fort potentiel (tel qu'un cadre débutant promis à une belle carrière) peut parfois se voir consentir un taux d'endettement plus élevé (l'augmentation prévisible de ses revenus devant le ramener rapidement dans la normale) ; le reste à vivre, c'est-à-dire la somme disponible après toutes les dépenses contraintes, est parfois pris en compte, notamment pour des revenus suffisamment élevés pour que même une petite fraction disponible de ces revenus soit suffisante pour vivre sans problème.


L'allongement de la durée du prêt peut permettre d'emprunter plus
La mensualité que l'emprunteur peut verser est déterminée par la banque essentiellement d'après son taux d'endettement... mais à mensualité constante, le montant empruntable dépend également de la durée du prêt : plus le prêt sera consenti sur une durée longue, plus le montant emprunté sera important. Compte tenu de taux d'emprunt immobilier encore faibles, l'allongement de la durée d'emprunt (20 ou 25 ans au lieu des 15 ans usuels) permet d'augmenter significativement sa capacité d'emprunt effective, c'est-à-dire son pouvoir d'achat immobilier !