Quels sont les éléments pris en compte pour le calcul du revenu ?


Deux critères essentiels vont être pris en considération par l’ensemble des banques dans leur prise de décision sur un dossier de crédit immobilier : la pérennité des revenus et la nature de ces revenus.

En ce qui concerne la pérennité des revenus, l’analyse portera sur la régularité des revenus perçus par le foyer fiscal. Le banquier répondra aux questions suivantes :

Les revenus sont-ils des revenus issus du travail ?

Depuis quand les clients occupent ils leur emploi respectifs (ancienneté dans l’emploi) ?

Les revenus ont-ils être perçus sur toute la durée du crédit ?

Bien entendu, pour répondre à ces interrogations, une analyse approfondie des bulletins de salaire, de l’avis d’imposition et des relevés de compte sera effectuée. Ces documents sont une source précise et officielle des revenus perçus sur une année fiscale de référence.

L’objectif est de s’assurer de la prise en compte exacte des revenus des clients en ne retenant que les revenus réguliers. En cas de forte variation des revenus, le banquier procèdera au calcul de la moyenne mensuel des revenus perçus sur une année.

A titre illustratif, en présence d’un client salarié du secteur privé, la banque prendra en compte son augmentation si elle apparaît sur son dernier bulletin de salaire, appuyé par un courrier de son Entreprise précisant le montant de son augmentation.

Inversement, un VRP qui vient de débuter ne pourra faire valoir que la partie fixe de ses revenus sans tenir compte de ses futures commissions. En effet, en l’absence de recul suffisant, il ne sera pas possible de les intégrer pour le calcul de l’endettement et donc dans le calcul de l’enveloppe de crédit immobilier à financer.

S’agissant de la nature des revenus, le banquier pourra retenir différentes sources de revenus perçus en tenant compte de la composition du foyer et du métier exercé (nombre d’enfants et prestations familiales par exemple, ou les revenus non salariaux pour des clients n’exerçant pas d’activité salariale) :

  • Les salaires nets perçus, fixes ou variables, si pérennes (commissions, primes, avantages fiscalisés …),
  • Les bénéfices pour les activités dites non salariées,
  • Les pensions alimentaires perçues, en présence d’enfants en bas âge et si la perception couvre une grande partie de la durée du crédit immobilier,
  • Les rentes perçues,
  • Les prestations familiales reçues (toujours avec la notion de perception sur une grande partie de la durée du crédit immobilier).
  • Ainsi, les revenus pourront être maximisés pour le calcul du montant total à emprunter, en fonction du niveau d’endettement déterminé. 


Autres questions

A quoi sert le notaire ?

Comment choisir entre hypothèque et caution bancaire ?

Comment choisir entre prêt amortissable et crédit in fine ?

Comment est déterminé le taux qu’appliquent les banques ?

Comment fonctionne l'assurance chômage souscrite avec un crédit ?

Comment se calcule l’endettement du ménage ?

Faut-il emprunter sur une longue durée ?

Le découvert bancaire peut-il remettre en cause l’obtention d’un crédit ?

Les titulaires d’un contrat CDD ou interim peuvent-ils demander un rachat de crédit ?

Peut-on changer d’avis avant de signer les offres de prêt ?

Peut-on conserver le prêt à taux zéro plus en cas de mis en location du bien ?

Peux-t-on céder les droits d’un PEL ou d’un CEL ?

Pourquoi faire un rachat de crédits ?

Pourquoi un rachat de crédit en cas de chômage ?

Qu'est-ce qu'un courtier en prêt immobilier ?