Faites votre simulation en 60 secondes

le droit à l'oubli pour les anciens malades, enfin une évolution !

le droit à l'oubli pour les anciens malades, enfin une évolution !
Partager sur :
Publiée : 07 Septembre 2017
Mots Clés :

crédit immobilier, maladie,

Depuis janvier 2007, un dispositif a été mis en place pour permettre une plus grande égalité au niveau de l'obtention d'un crédit pour les personnes malades ou anciennement malades. Cette convention AERAS (Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé), visait donc à incarner une avancée majeure en remplaçant l'ancienne convention, la convention Belorgey, qui datait alors de 2001. De toute évidence, des progrès ont été rencontrés depuis la mise en place de la convention AERAS qui permet alors un recours à l'emprunt même lorsque la personne demandeuse est atteinte d'une grave maladie. Cependant, des contreparties existaient jusqu'à présent au niveau de limitations sur le montant et de cotisations supplémentaires d'assurance majorées.

Une avancée supplémentaire majeure en 2016 

Ces limitations constituaient, jusqu'à présent, une barrière qu'il devenait important de faire tomber pour accéder à une pleine égalité. Depuis fin 2015 et l'adoption finale de la loi en décembre 2016, c'est désormais le cas avec l'apparition d'une nouvelle loi à ce sujet. Cette même loi qui fixe un cadre bien plus strict et qui s'impose à la fois aux assureurs comme aux assurés. Ainsi, et toujours dans le cadre de la convention AERAS, les conditions d'accès au droit à l'oubli sont clairement définies, tout comme les maladies prises en charge. Une grille a également été développée pour définir les délais spécifiques à chaque pathologie. Une avancée majeure et qui va dans le sens des personnes militant pour un plus juste droit à l'oubli.



Actualités récentes du même type

Tout comprendre sur l’apport personnel dans le cadre d’un prêt immobilier

Lorsqu'un particulier souhaite obtenir un crédit immobilier, la banque s'assure généralement qu'il dispose d'un apport personnel lui permettant de financer une partie de son acquisition.

Investir ou pas ? Découvrez la météo des taux pour les prochains mois.

En ce début de rentrée, les conditions de taux du crédit immobilier demeurent attractives d'une manière globale. C'est la diminution ou la stabilité des taux qui prévaut pour plusieurs organismes financiers prêteurs. Peu de mouvements notoires ont en effet été observés sur les taux de crédit immobilier en ce début de rentrée. Ils sont restés presque inchangés et plusieurs organismes financiers n'ont pas désiré revoir leurs grilles. Ceux qui ne sont pas restés indifférents ont plutôt procédé à des diminutions. Le crédit reste toutefois bon marché.

Ce crédit va peut-être vous changer la vie, mais vous ne le connaissez pas encore

Le prêt immobilier à taux mixte est un emprunt où se succèdent une période de remboursements à taux fixe puis une seconde à taux variable. Au début, c’est-à-dire durant les sept ou dix premières années, le taux est fixe, l’emprunteur rembourse des mensualités constantes. Pendant les années suivantes, le remboursement s’effectue sur un taux révisable fixé lors de la signature du prêt.